LAURÉAT 2022


Voici une rétrospective des anciennes personnes lauréates. Vous trouverez également la liste des membres du jury pour chaque saison.

LAURÉAT 2022

Booze, Cigarettes, And Constitutional Dust-Ups: Canada’s Quest for Interprovincial Free Trade (McGill-Queen’s University Press)

La trame de cet ouvrage mêle habilement la compréhension des politiques commerciales nationales et internationales, l’examen des affaires juridiques, l’histoire et, de manière rafraîchissante, l’examen des opérations concrètes actuelles des tribunaux et des secrétariats. L’auteur étudie des moyens pour analyser et inclure les considérations autochtones et s’inspire de l’économie, des sciences politiques, de l’histoire, du droit administratif et constitutionnel pour créer un récit émouvant qui relate l’évolution des approches canadiennes pour supprimer les barrières commerciales internes.

Ryan Manucha est professeur au département de philosophie et à la Munk School of Global Affairs and Public Policy de l'Université de Toronto. Membre de la Société royale du Canada et de la Fondation Trudeau, M. Heath est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Les lumières de la raison, qui a remporté le prix Shaughnessy Cohen pour les écrits politiques en 2015, et The Machinery of Government, qui a remporté le prix Donner du meilleur ouvrage sur les politiques publiques en 2020

Runners Up

Cooperation & Social Justice (University of Toronto Press)

Dans six essais concis et originaux, J. Heath propose des idées innovantes et claires du domaine de la philosophie politique qui abordent des thèmes politiques importants et actuels allant de l'opposition entre capitalisme et socialisme, aux bénéfices, en passant par l’égalitarisme, la stigmatisation et les relations interraciales. Cet ouvrage très impressionnant s’avérera important pour les décideurs politiques en les incitant à considérer leurs propositions de politique à travers le prisme de la faisabilité et de faits essentiels concernant le comportement humain, qui est souvent en contradiction avec les principes éthiques et juridiques abstraits.

Joseph Heath est professeur au département de philosophie et à la Munk School of Global Affairs and Public Policy de l'Université de Toronto. Membre de la Société royale du Canada et de la Fondation Trudeau, M. Heath est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Les lumières de la raison, qui a remporté le prix Shaughnessy Cohen pour les écrits politiques en 2015, et The Machinery of Government, qui a remporté le prix Donner du meilleur ouvrage sur les politiques publiques en 2020.

Dream States: Smart Cities, Technology, and the Pursuit of Urban Utopias (Coach House Books)

J. Lorinc nous propose un livre fascinant et superbement documenté qui explore la signification véritable de ces deux mots banalisés : « villes intelligentes ». À la fois sensé et original, cet ouvrage couvre, avec des touches d’humour, les infrastructures urbaines, des égouts aux pandémies et des chocs climatiques à la gouvernance, d’un point de vue historique et actuel. Il intéressera un large éventail de lecteurs des domaines privé et public, provenant de nombreux secteurs, notamment de l’urbanisme, de l’ingénierie, de l’éducation, des transports et de la santé publique.

John Lorinc est un journaliste et rédacteur indépendant de Toronto qui s'intéresse aux villes, à la politique, aux affaires, au changement climatique et à l'histoire locale. John a remporté de nombreux National Magazine Awards pour son journalisme et a été l'Atkinson Fellow 2019-2020 en politique publique, qui a produit une série de dix articles sur les villes intelligentes qui ont servi de base à Dream States.

The Next Age of Uncertainty: How the World Can Adapt to a Riskier Future (Allen Lane Canada)

S. Poloz a rédigé une analyse globale, comportant des idées politiques concrètes, sur ce que le secteur public et des entreprises devraient faire alors que nous entrons dans une nouvelle époque d’incertitude. Il décrit les cinq forces « tectoniques », les données démographiques, les progrès technologiques, les inégalités, le surendettement et le changement climatique, et lie ces cinq éléments avec perspicacité, de manière accessible et enrichit le tout d’anecdotes. S. Poloz insiste sur le fait que l’incertitude sera toujours présente et que nous devons apprendre à l’intégrer dans nos élaborations de politiques. Bien écrit, clair et ciblé, ce livre est une lecture indispensable pour toute personne qui s'intéresse à notre avenir économique.

Stephen Poloz est l'un des économistes les plus éminents du monde. Il possède plus de 40 ans d'expérience dans les domaines de la recherche économique et de l'investissement, des prévisions, de la banque et de l'élaboration des politiques. Après une longue carrière à Exportation et développement Canada, qu'il a achevée en tant que président-directeur général, il a récemment terminé un mandat de sept ans en tant que gouverneur de la Banque du Canada. Il est actuellement conseiller spécial pour Osler, Hoskin & Harcourt LLP.

Canadian Policing: Why and How It Must Change (Delve Books)

Beaucoup d’ouvrages abordent le sujet des services de police au Canada, toutefois ce livre sort du lot par l’ampleur de son analyse; les multiples raisons, évoquées de manière convaincante, qui justifient un changement radical et la nature très diverse des solutions proposées. Non seulement les problèmes sont définis de manière claire, l’analyse est sensée et les solutions sont cernées, mais en plus, cet ouvrage offre une immersion détaillée dans le système pour expliquer le « pourquoi » et le « comment » et apporte un regard nouveau sur l’avenir des services de police et de la sécurité publique au Canada.

Kent Roach, professeur à la faculté de droit de l'Université de Toronto, a été élu à la Société royale du Canada en 2002, a reçu le prix Molson pour sa contribution aux sciences sociales et humaines en 2017 et a été nommé à l'Ordre du Canada en 2017. Ses nombreux ouvrages ont été récompensés par des dizaines de prix. Il a participé à un certain nombre de commissions d'enquête, notamment les enquêtes Maher Arar, Ipperwash, Air India et Goudge.


Louise Frechette

Louise Fréchette a occupé le poste de sous-secrétaire générale des Nations Unies de 1998 à 2006 à la suite d’une carrière dans le service public du Canada, ayant été notamment ambassadrice en Argentine et en Uruguay (1985-1988), ambassadrice aux Nations Unies (1992-1994), sous-ministre adjointe des Finances (1995) et sous-ministre de la Défense nationale (1995-1998).

Depuis son départ de l’ONU en 2006, Mme Fréchette a été associée à de nombreux établissements universitaires et de recherche au Canada et à l’étranger. En juin 2019, Mme Fréchette a conclu son mandat de trois ans à titre de présidente du conseil de surveillance et du conseil de CARE International après avoir siégé comme présidente de CARE Canada de 2011 à 2015. Elle est actuellement membre du conseil de la Global Leadership Foundation.

Louise Fréchette est diplômée en histoire de l’Université de Montréal et titulaire d’un certificat en économie du Collège d’Europe à Bruges, en Belgique. Elle est officière de l’Ordre du Canada.


Jean-Marie Dufour

M. Jean-Marie Dufour, O.C. et O.Q., est titulaire de la chaire William Dow et professeur d’économie politique à l’Université McGill, ainsi que membre titulaire de l’Econometric Society, de l’American Statistical Association, de l’International Association for Applied Econometrics, de l’Association canadienne d’économique (ACE) et de la Société royale du Canada.

Il est également directeur de l’Atelier canadien d’économétrie, ainsi que chercheur auprès du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) et du Centre interuniversitaire de recherche en économie quantitative (CIREQ). M. Dufour a été président de l’Association canadienne d’économique et de la Société canadienne de science économique (SCSE). Au cours de sa carrière universitaire, il a également obtenu une bourse de recherche de la Banque du Canada, et a été titulaire d’une chaire de recherche du Canada (en économétrie à l’Université de Montréal), de la Chaire d’excellence Pierre de Fermat (École d’économie de Toulouse), et de la Chaire d’excellence Banco Santander (Universitad Carlos III de Madrid).

En outre, il a reçu de nombreuses récompenses, notamment les Prix Killam et Léon-Gérin en sciences sociales, le Prix John Rae (ACE), le Prix Marcel-Dagenais (SCSE), une bourse Guggenheim et le Prix de la recherche Konrad Adenauer (Fondation Alexander von Humboldt, Allemagne).


Jack M. Mintz

Jack M. Mintz a été nommé President’s Fellow de la School of Public Policy de l’University of Calgary, après avoir été directeur fondateur de cette école et titulaire de la chaire Palmer du 1er janvier 2008 au 30 juin 2015.

Il siège au conseil d’administration de la Compagnie Pétrolière Impériale Ltée et est agrégé supérieur de recherches auprès de nombreux groupes de réflexion, dont l’Institut C. D. Howe, l’Institut MacDonald-Laurier, CESIfo (Allemagne) et l’International Tax and Investment Centre de Washington.

M. Mintz a également siégé à de nombreux groupes d’experts et conseils d’administration aux niveaux fédéral et provincial. Il a notamment été nommé à la vice-présidence et à la présidence du Conseil de recherches en sciences humaines de 2012 à 2018. M. Mintz a été consultant auprès de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, de l’Organisation de coopération et de développement économiques, du gouvernement fédéral et de gouvernements provinciaux du Canada, ainsi que de diverses entreprises et organismes à but non lucratif au Canada et à l’étranger.

Il a été investi du titre de membre de l’Ordre du Canada en 2015 et a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2012 pour services rendus au milieu canadien des spécialistes de la politique fiscale. Son livre Most Favoured Nation, publié en 2001, a été présélectionné pour le prix Donner.


Maureen O’Neil

Maureen O’Neil préside le conseil d’administration de WaterAid International et est membre des conseils d’administration du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale et du Centre d’étude des niveaux de vie.

Elle a auparavant siégé au conseil d’administration de cyberSanté Ontario et de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS). Mme O’Neil a été présidente du conseil d’administration de l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD), de l’Institut international pour l’environnement et le développement, de l’Université Carleton et de l’Initiative Think tank du CRDI. Elle a également représenté le Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies et à des comités de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Elle a été membre du Comité de la planification du développement des Nations Unies et du conseil d’administration de l’UNRISD. Mme O’Neil est titulaire de doctorats honorifiques des universités Wilfrid Laurier, Carleton et d’Ottawa.

En juin 2011, Mme O’Neil a été nommée officière de l’Ordre du Canada dans le secteur de la fonction publique en reconnaissance de sa contribution au développement international, à l’égalité des sexes et aux droits de la personne.


Karen Restoule

Karen Restoule est la vice-présidente de Crestview Strategy, basé à Toronto. Elle excelle dans l’art de favoriser la collaboration entre les parties pour rassembler des points de vue divergents dans le but d’arriver à une réussite commune. Elle se spécialise dans la gouvernance organisationnelle, le leadership du changement, la formulation de politiques, et l’engagement des intervenants et des autochtones.

Avant de se joindre à Crestview Strategy, Mme Restoule dirigeait une entreprise d’experts-conseils en environnement qui travaille avec des communautés autochtones, en s’appuyant sur une fonction précédente de soutien aux dirigeants des Premières Nations en tant que directrice de la justice auprès des Chiefs of Ontario où elle proposait des solutions politiques innovantes pour des problèmes liés à l’héritage. Elle a également co-fondé BOLD Realities, pour faire progresser la relation entre l’industrie et les peuples autochtones. Précédemment, Mme Restoule a dirigé l’effort de modernisation du système de justice administrative de l’Ontario à Tribunaux décisionnels Ontario.

Mme Restoule est diplômée de l’Université de Toronto et du programme de droit commun français de l’Université d’Ottawa. Elle siège à plusieurs conseils d’administration, a reçu des prix pour sa contribution à la société et est une contributrice de thehub.ca. Mme Restoule est Ojibwe de la Première Nation Dokis. »


Frederick Wien

Fred Wien a occupé le poste de directeur de l’École maritime de travail social à l’Université Dalhousie de 1981 à 1986, puis a été sous-directeur de la recherche à la Commission royale sur les peuples autochtones, dirigeant le programme de recherche sur l’emploi et le développement économique.

Au plan national, il a été membre et tenu le rôle de président de la Commission consultative pour l’Institut de la santé des Autochtones (ISA / IRSC). Il a été nommé investigateur principal pour une bourse de recherche majeure de l’IRSC pour le projet : « A Poverty Reduction Approach to Improving the Health and Well-being of First Nation Communities in Canada » (Une approche à la réduction de la pauvreté visant à améliorer la santé et le bien-être des communautés des Premières Nations au Canada), de même que pour un projet financé par l’IRSC portant sur l’établissement d’un cadre de politiques sociales pour la santé et le bien-être des communautés Mi’kmaq en Nouvelle-Écosse (« Building a Social Policy Framework for the Health and Well-being of Mi’kmaq Communities in Nova Scotia »).

Diplômé de l’Université Queen’s avec une maîtrise et un doctorat de l’Université Cornell, M. Wien a été nommé Membre de l’Ordre du Canada en 2015.