2018/2019 winners

LISTES DES FINALISTES 2018/2019


Présentation du gagnant actuel et des finalistes du prix Donner.

GAGNANT 2018

INDIGENOUS NATIONALS, CANADIAN CITIZENS: FROM FIRST CONTACT TO CANADA 150 AND BEYOND

THOMAS J. COURCHENE
(INSTITUTE OF INTERGOVERNMENTAL RELATIONS, SCHOOL OF POLICY STUDIES, QUEEN’S UNIVERSITY )

Dans cette oeuvre magistrale sur un des plus importants thèmes de l’histoire des politiques publiques de notre pays, Courchene présente le contexte historique, juridique et socio-économique pour la conception de politiques autochtones au Canada et, en puisant dans ces connaissances, fait une proposition (le Commonwealth des nations autochtones souveraines) pour catalyser le débat. Cette nouvelle prescription de politique de Courchene tente de réconcilier deux objectifs concurrents : reconnaître les droits des autochtones et promouvoir le développement de l’économie et des ressources du Canada, tout en créant des arguments convaincants pour un changement important.

Seconds favoris

POPULATION BOMBED! EXPLODING THE LINK BETWEEN OVERPOPULATION AND CLIMATE CHANGE

PIERRE DESROCHERS & JOANNA SZURMAK

(GLOBAL WARMING POLICY FOUNDATION)

De nombreux universitaires, activistes et décideurs politiques ont lié la croissance démographique à la dégradation de l’environnement, y compris à des changements climatiques catastrophiques. Les auteurs soutiennent que des améliorations importantes dans le bien-être humain au cours des récentes années, une espérance de vie plus longue, une meilleure santé, des ressources abondantes et une amélioration générale dans l’environnement contredisent cette allégation. Desrochers et Szurmak apportent une contribution utile et provocatrice au débat politique en questionnant les modèles et les hypothèses sur lesquels le nouveau discours sur le contrôle démographique est construit, et argumentent que la croissance démographique, conjointement au développement économique, représente le seul moyen pratique d’aller de l’avant.


BASIC INCOME FOR CANADIANS: THE KEY TO A HEALTHIER, HAPPIER, MORE SECURE LIFE FOR ALL

EVELYN L. FORGET

(JAMES LORIMER & COMPANY LTD.)

Au cours des quarante dernières années, le marché du travail a fondamentalement changé. De bons emplois à temps plein ont été remplacés par des emplois à temps partiel ou temporaires qui offrent moins d’avantages et viennent rarement avec le soutien de syndicats. L’insécurité économique constitue désormais une particularité dans la vie d’un grand nombre de personnes. Ceux qui sont forcés de compter sur une aide provinciale au revenu ou un soutien aux personnes handicapées se retrouvent eux-mêmes piégés dans un système qui perpétue la dépendance. Cette situation a donné vie à une veille pensée - revenu de base, un système de revenu inconditionnel - que Forget explore selon une perspective canadienne, soulevant un cas convaincant et instructif qui montre qu’un revenu de base améliore la santé et le bien-être de la famille et de la collectivité, améliore la résilience financière ainsi que l’accès à l’éducation et à la formation à un coût abordable.


UNIVERSITY COMMONS DIVIDED: EXPLORING DEBATE & DISSENT ON CAMPUS

PETER MACKINNON

(UNIVERSITY OF TORONTO PRESS)

Les universités se retrouvent de nouveau sur la ligne de front des « guerres culturelles », suscitant une intensité de débat qui n’a pas été observée depuis les années 1960. Les traditionnels préceptes de liberté universitaire, de liberté d’expression et du rôle même de l’université, que ce soit des chercheurs de vérité impartiaux ou en tant qu’agents de justice sociale, sont en jeux. Dans un livre qui inspirera des débats, MacKinnon examine une variété d’incidents récents dans le but d’explorer de nouveaux défis au sein des universités, comme la technologie et les médias sociaux, et la mesure dans laquelle l’idée de l’université en tant que « biens communs », un endroit pour des désaccords ouverts et contentieux, peut être menacée.


EXCESSIVE FORCE: TORONTO’S FIGHT TO REFORM CITY POLICING

ALOK MUKHERJEE WITH TIM HARPER

(DOUGLAS & MCINTYRE)

Alok Mukherjee a été un observateur civil de la police de Toronto entre 2005 et 2015, la décennie la plus tumultueuse à laquelle la force n’a jamais été confrontée. La question de la conduite appropriée des policiers constituant un incontournable quotidien des médias et, par conséquent, une préoccupation majeure de tous les paliers de gouvernement, Mukherjee a joué un rôle essentiel dans l’orientation de la conversation à l’échelle nationale sur les activités policières, ébauchant une nouvelle voie à suivre pour l’application de la loi. Conjointement avec Tim Harper, il offre un excellent livre qui arrive à point nommé, lequel aborde les questions des activités policières dans une des villes les plus diversifiées sur le plan ethnique au monde.

membres du jury 2018

DAVID A. DODGE

Présidente

M. David A. Dodge, O.C., M.S.R.C., a été nommé président du jury de cette année. Ancien gouverneur de la Banque du Canada de 2001 à 2008 et chancelier de l’Université Queen’s de 2008 à 2015, M. Dodge est actuellement conseiller principal auprès de Bennett Jones LLP, président du Conseil national de l’Institut C.D. Howe, et membre des conseils d’administration de l’ICRA et du Conseil des académies canadiennes (CAC). Au cours de sa carrière au sein du gouvernement, il a été délégué auprès du G7, sous-ministre des Finances et sous-ministre de la Santé. Durant sa carrière universitaire, il a enseigné l’économie auprès de l’Université Queen’s, de l’École d’études internationales supérieures de l’Université Johns Hopkins, de la Faculté de commerce de l’Université de la Colombie-Britannique, puis de l’Université Simon Fraser.


Jean-Marie Dufour

M. Jean-Marie Dufour, O.C. et O.Q., est titulaire de la chaire William Dow et professeur d’économie politique à l’Université McGill, ainsi que membre titulaire de l’Econometric Society, de l’American Statistical Association, de l’International Association for Applied Econometrics, de l’Association canadienne d’économique (ACE) et de la Société royale du Canada. Il est également directeur de l’Atelier canadien d’économétrie, ainsi que chercheur auprès du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) et du Centre interuniversitaire de recherche en économie quantitative (CIREQ). M. Dufour a été président de l’Association canadienne d’économique et de la Société canadienne de science économique (SCSE). Au cours de sa carrière universitaire, il a également obtenu une bourse de recherche de la Banque du Canada, et a été titulaire d’une chaire de recherche du Canada (en économétrie à l’Université de Montréal), de la Chaire d’excellence Pierre de Fermat (École d’économie de Toulouse), et de la Chaire d’excellence Banco Santander (Universitad Carlos III de Madrid). En outre, il a reçu de nombreuses récompenses, notamment les Prix Killam et Léon-Gérin en sciences sociales, le Prix John Rae (ACE), le Prix Marcel-Dagenais (SCSE), une bourse Guggenheim et le Prix de la recherche Konrad Adenauer (Fondation Alexander von Humboldt, Allemagne).


BRENDA EATON

Mme Brenda Eaton siège aux conseils d’administration de sociétés d’état, d’entreprises privées et d’organismes sans but lucratif, entre autres. Actuellement présidente de Transelec, elle est également membre des comités de Fortis BC, Westland Insurance, Technical Safety BC et membre du conseil d’administration du Projet de traitement des eaux usées de la zone principale du District régional de Victoria. Avant d’occuper les fonctions de directrice, Mme Eaton a été sous-ministre du premier ministre de la Colombie-Britannique, et sous-ministre des Finances et du Conseil du trésor, de l’Énergie et des Mines, ainsi que des Services sociaux. Pendant plusieurs années, elle a été chef des finances d’une autorité sanitaire. Mme Eaton œuvre activement dans plusieurs organisations sans but lucratif, notamment la Société Alzheimer de la Colombie-Britannique, la Vancouver Foundation, Triathlon Canada et la Fondation Max Bell. Mme Eaton est titulaire d’une maîtrise en économie. Elle a obtenu plusieurs prix de reconnaissance, notamment la Médaille du jubilé de la Reine pour sa contribution communautaire, le prix Distinguished Alumni de l’Université de Victoria et a été reconnue parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada par le Réseau des femmes exécutives.


Jennifer A. Jeffs

Mme Jennifer A. Jeffs, une spécialiste de la politique étrangère, est associée de recherche principale pour le projet Creating Digital Opportunity chez Innovation Policy Lab, Munk School of Global Affairs, à l’Université de Toronto, et copréside le comité éditorial international de l’International Journal, principale revue canadienne sur les politiques internationales. La Dre Jeffs est l’ancienne présidente du Conseil international du Canada (CIC), un institut canadien apolitique des affaires internationales. Elle a également fondé et dirigé le Centro de Estudios y Programas Interamericanos (CEPI), à l’Instituto Tecnológico Autónomo de México (ITAM), à Mexico, où elle a également enseigné au Département d’études internationales.


Peter Nicholson

M. Peter Nicholson, O.C., a occupé de nombreuses fonctions au sein du gouvernement, d’entreprises, dans le domaine de la science et de l’enseignement supérieur. Il est né à Halifax et a étudié la physique à l’Université Dalhousie, où il a reçu un baccalauréat et une maîtrise. Il a poursuivi ses études pour obtenir un doctorat en recherche opérationnelle à l’Université Stanford et a commencé sa carrière universitaire par l’enseignement de l’informatique à l’Université du Minnesota. Le Dr Nicholson a été membre de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse et chef de cabinet adjoint aux politiques au Cabinet du premier ministre. Il a également occupé des postes de cadre supérieur auprès de la Banque Scotia et de la BCE, a été le conseiller spécial du secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques et fut le premier directeur général du Conseil des académies canadiennes. Il partage actuellement son temps entre Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, et Austin, au Texas.